main_banner
line decor
>>> accueil <<<
 
 
 
 

 
 
Conclusion

 

 Au travers de ce TPE, nous avons pu constater que la formation d’une tornade résultait d’un mécanisme complexe.

En effet, elle est le fruit de nombreuses interactions entre différentes masses d’air (chaudes et froides). De plus, chaque tornade est différente dans sa forme , dans son intensité, sa couleur (composition du sol par exemple), et sa durée de vie.

A cause de sa formation complexe, la tornade reste de nos jours un phénomène météorologique qui n’est pas encore parfaitement maitrisé par les scientifiques. Le cœur de celle-ci, le vortex, n’a pas encore été étudié : c’est la quête « ultime ».

 

Cette complexité engendre aussi une difficulté en matière de prévention.

Pour toutes ces raisons, on peut dire que selon notre problématique, l’homme ne peut prévoir une tornade de façon réellement efficace. Comme nous avons pu le voir, une tornade ne peut être prévue que 30 minutes au maximum, avant sa création. Cette prévision est de plus approximative, car on n’est pas en mesure de déterminer l’endroit exact où celle-ci se déclenchera. C'est un phénomène trop localisés et trop imprévisible, pour faire une prévention efficace.

Cette prévention incertaine peut donc donner lieu à des décisions difficiles à  prendre pour les météorologues pour lancer ou non une alerte à la tornade. En effet, si un tel phénomène devait se produire dans une région à risque aux Etats-Unis par exemple, lancer une alerte sans être sûr que la tornade atteindra une ville signifierait une perte de plusieurs millions de dollars afin d’évacuer la ville. De plus, dans la panique de nombreux incidents pourraient arriver. Enfin, trop d’alertes inutiles entraineraient une perte de confiance de la part des populations qui ne prendraient plus ces alertes au sérieux.

La prévention reste aussi un phénomène inégal dans le monde. En effet, des pays comme les Etats-Unis ou le Canada, ont des budgets plus conséquents pour du matériel comme des radars Doppler (Canada 95 % du territoire recouvert, Etats-Unis radar tous les 30 à 40 km). Il est vrai aussi qu'ils sont beaucoup plus frappés par le phénomène chaque année, alors qu’un pays comme la France l'est beaucoup moins par exemple.

Tant que le phénomène ne sera pas mieux connu des scientifiques et que le matériel de prévention ne sera pas amélioré (précision des radars Doppler), la prévention des tornades ne pourra être optimale.

Pour l’instant, la seule méthode pouvant compléter cette prévention perfectible, reste la préparation des populations pour faire face à ce phénomène :

  • Avoir une pièce de sureté dans les maisons,
  • Faire connaître les consignes de sécurité face à une tornade,
  • La construction de bâtiments avec une structure spéciale pour résister aux vents violents.

 

 

 

Il est donc aussi difficile de prévoir une tornade que de s’en protéger efficacement. On peut aussi dire qu’à l’heure actuelle, aucun projet sérieux n’a été envisagé afin d’améliorer cette prévention.

L’unique solution serait le projet HAARP (Cf: Partie Prévention). Utilisé à bon escient, il pourrait être une alternative à la maîtrise de ce genre de phénomène. Mais nous ne pouvons que le supposer. En effet, ce type de projet comporte de nombreuses parts d'ombres et n’a aucune preuve de son efficacité.

 

Mais au fur et à mesure des progrès de la science et d'une meilleure connaissance sur le sujet, le comportement des tornades qui reste encore plus ou moins énigmatique devrait pouvoir être résolu. Alors la prévention incomplète d'aujourd'hui se transformera demain en prévention efficace.

Cela reste donc un grand défi pour l’homme pour les années à venir, notamment avec le réchauffement climatique, qui aura surement une incidence sur l'augmentation du nombre de cas de tornades (bien que pour l'instant nous ne puissions constater de changements réels).